Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 19:32

Sagesses horizontales et religions verticales. Introduction à la gnose chrétienne, exposé de Jean-Claude Barbier, sociologue, le 4 avril 2011 au groupe "Religion" du Réseau d’Echanges de Savoirs (RES) de Gradignan Malartic

Les sagesses horizontales :

Si les religions nous situent d’emblée dans une verticalité par rapport à l’existence de dieux ou de Dieu et attisent dans les esprits et les coeurs le désir d’une vie éternelle avec ces derniers ou comme eux (depuis l’épopée mythique de Gilgamesh), les sagesses humanistes ont au contraire le soucis d’organiser la vie humaine ici-bas, d’une façon – je dirais – réaliste.


Il s’agit de connaître les lois de la Nature afin de s’y adapter, d’en tenir compte, de ne pas prendre de risques inconsidérés, inutiles. Que ce soit le stoïcisme ou le bouddhisme, on demande aux humains d’être raisonnables, de s’abstenir des passions, de restreindre leurs ambitions, quitte à brimer leur ego. Le théisme des philosophes du siècle des Lumières accompagne la découverte des lois de l’univers. Aux lois physiques, il ajoute le respect des lois morales : l’amour du bien, la contemplation du beau, la philanthropie, etc.


Les sagesses anciennes comme le confucianisme en Chine vantent les vertues de la famille et exhorte au respect des anciens. Le christianisme nous demande d'obtempérer aux autorités temporelles, d’obéir au Magister de l’Eglise et, le Coran, de nous soumettre à la religion.


Ce que l’on peut appeler le christianisme humaniste - avec entre autres le catholicisme social et le protestantisme social du XIXème siècle, puis les mouvements d’Action catholique et les prêtres ouvriers, aujourd’hui la Fédération des réseaux du Parvis (lien) - affirme toujours sa croyance en un Dieu providentiel, le "Notre Père", mais complète cette verticalité par une horizontalité faite de justice humaine, d’égalité dans la dignité et de fraternité. Le Royaume de Dieu est désormais ici-bas et le chantier de son avènement ouvert à tous. Sans nier la dimension divine du Christ, c’est son humanité, égale à la nôtre, qui est prise en compte. « Ce que vous ferez au plus petit d’entre nous, c’est à moi que vous le ferez » avait dit Jésus. Jésus et Dieu sont parmi nous et nous n’avons plus à lever les yeux aux cieux ; notre destin est au présent et non plus à reporté à un futur métaphysique. Ce faisant, il devient à cent pour cent compatible avec la lutte des humanistes.

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le christianisme gnostique
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives