Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 15:15

evangile et liberte l etrangerEvangile et Liberté publie dans sa livraison n° 262 d’octobre 2012 consacré à la situation de l’étranger, un article de Roger Parmentier à la rubrique « Interpeller » (p. 16) et sous le titre : « Cher frère musulman, salut à toi ! » : " Vous honorez Issa-Jésus et vous le considérez comme un grand prophète… ça tombe bien, moi aussi ! Chrétien très critique de ma propre religion (on dit « libéral ») [...] ". Bien entendu, un prophète qui n'est pas Jésus-Dieu, la seconde personne de la Trinité, qui ne porte pas la croix salvatrice ... ceci en espoir d' " un meilleur dialogue plus prophétique que dogmatique ".


L'auteur reprend ici ce qu’il avait récemment publié en mars 2011 aux Editions l’Harmattan : «Musulmans nous vous respectons et nous vous aimons » et que nous avons présenté sur le site ici présent des Amitiés islamo-unitariennes (lien) et dans les Actualités unitariennes (lien).

 

Ajout du 6 octobre 2012 : le point de vue de Maurice Causse (son message du 30 septembre à la Correspondance unitarienne)

 

Ce numéro consacré à Roger Parmentier (lien) a l'intérêt de présenter le vaste éventail de ses orientations. Sans le suivre dans ses orientations politiques, je crois que lorsqu'il établit un parallélisme de fait entre Jésus et Mohammed, c'est une parole à valeur symbolique de fond. Elle était déjà proposée par François Hauchecorne à la fin de la Guerre d'Algérie, notamment dans son livre Chrétiens et Musulmans au Maghreb. A la fin du XIX° siècle, dans sa Lettre sur l'Unité divine (1897), le Cheikh Mohammed Abduh disait que certaines tendances du protestantisme moderne étaient très proches de l'islam, à part la reconnaissance de Mohammed comme Prophète. Il visait en particulier les milieux du libéralisme protestant français auquel a appartenu un Théodore Monod. Celui-ci, qui fut l'organisateur du très piétiste Tiers-Ordre des Veilleurs constitué sur le modèle du Tiers-Ordre franciscain, d'après la Règle de Capistran publiée en 1901 par Paul Sabatier, est bien représentatif de la tendance évoquée par Mohammed Abduh.

 

Du point de vue très objectif de l'Histoire, cette reconnaissance prophétique de Mohammed peut disposer de bons arguments, autres que la simple dévotion. La science historique élève des doutes légitimes sur la tradition musulmane prise dans son ensemble ; mais l'étude critique des traditions historiques portant sur la période primitive du désert établit avec, à mon sens, cohérence et solidité : Mohammed est bel et bien apparu, à l'intérieur de sa tribu, comme un prophète, et même sans doute un prophète chrétien, arien; sa tradition a progressivement pris son autonomie pour donner l'islam que nous connaissons.

 

Dire cela n'est pas l'orner de toutes les vertus. Dans la Bible, le prophète Osée dit que le massacre des prêtres de Baal sur les ordres du prophète Elie fut un crime. Jésus n'a certes pas commis de crime ! mais sa vision du Jugement Dernier au Mont des Oliviers n'aurait jamais tenu la route pendant 2 000 ans sans l'interprétation donnée par Paul. Autrement dit, en restant sur le terrain strict de l'honnêteté historique et religieuse, l'attitude d'un Parmentier mérite d'être relevée, et la provocation qu'elle comporte accueillie dans le mouvement unitarien. J'ajouterai même que le patriarche nestorien Timothée Ier retenait certains éléments trinitaires dans le Coran ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Amitiés islamo-unitariennes - dans (site AIU) Amitiés islamo-unitariennes
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives