Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 11:18

par Jean-Claude Barbier

ignace_antioche.jpgLorsque Ignace, évêque de Syrie à Antioche, parcourt l’Asie Mineure pour se rendre à Rome afin d’y être jeté aux lions (en 109 ou 113), à la fin du règne de Trajan, il profite de l’occasion pour rencontrer des évêques d’Asie mineure, en passant par Philadelphie puis par Smyrne et Troas. A Smyrne, il y rencontre Polycarpe, jeune évêque de Smyrne – à qui il prodigue des conseils – et reçoit en audience des délégations d’autres villes (Ephèse, Magnésie et Tralles). Puis parvenu à Troas, il envoie une série de lettres à ses récents interlocuteurs (et une autre directement à Polycarpe). Il envoie aussi une épître aux Romains avant que d’arriver à Rome.

 

Nous y découvrons un évêque prônant l’unité des chrétiens autour de leur évêque, du presbytérium (constitué des presbytres) et des diacres ; cela au nom de l’unité de l’Eglise de Jésus-Christ. Il tempête contre les premiers hérétiques que sont les judaïsants et les gnostiques dont les docètes, condamne ceux qui font bande à part : seuls les baptêmes et les eucharisties faite par l’évêque ou ses délégués sont valides.

Vers 140/142, l’évêque Hygin (évêque de Rome entre 136 environ et 140–142) exclura de sa communauté romaine le gnostique syrien Cerdon (dualiste avec deux principes indépendants, il rejetait la plus grande partie des Écritures, et – comme les docètes - soutenait que Jésus-Christ n'avait qu'un corps fantastique) et le gnostique égyptien Valentin d'Alexandrie, enseignant à Rome de 135 à 160 (à la mort d’Hygin, il posa sa candidat pour être évêque de Rome en 143 !) – il faut dire que le gnosticisme de Valentin est particulièrement ésotérique et tout à fait délirant, restant toutefois nominativement chrétien car intégrant le Christ et Jésus dans une construction que la science-fiction actuelle ne désavouerait pas ! (lien ).

 

Marcion--enseignant.jpg

Marcion enseignant à Rome

 

Marcion, né vers 85, fils de l’évêque de Sinope dans la province du Pont, (par ailleurs riche armateur des bords de la Mer noire), arrive à Rome en 135. Il fut l’élève de Cerdon dont il amplifia le dualisme, opposant le Dieu de l’Ancien testament, pour les Juifs, et le Dieu du Nouveau Testament, celui de Jésus et des chrétiens ; il renforça aussi la sélection des textes, rejetant bien entendu l’A.T. et trouvant dans les épîtres de Paul une justification de l’opposition entre la Loi des Juifs et la Grâce accordée aux Païens, faisant de lui un digne prédécesseur de Martin Luther (voir l’article de Gaston Deluz dans Evangile et Liberté « Marcion (85-160) ou l’Ancien Testament est-il périmé ? » (lien). Il se fait exclure en 144 de la communauté romaine par l’évêque Pie 1er, qui vient de succéder à Hygin, mais il reste à Rome et, bon organisateur, il fonde une Eglise parallèle qui connaît un vif succès dans tout l’empire christianisé. Marcion mourut peut-être entre 161 et 168 ; on n’entend plus parler de lui sous le règne de Marc-Aurèle ; mais son Eglise perdurera jusqu’au Vème siècle. La plupart des survivants rejoidront le dualisme manichéen.


asie mineure archeologieUne éthique chrétienne faite d’humilité et de service, d’exemplarité morale et spirituelle aussi, accompagne la mise en place de ces autorités locales (évêque, presbytes formant le presbytérium, et diacres). Ignace d’Antioche conseille à son jeune confrère Polycarpe d’être attentif aux uns et aux autres, etc. Mieux, Les évêques voisins sont en relation, s’envoient des messagers et des délégations, s’écrivent (lettre de Clément de Rome aux Corinthiens vers 95, lettres d’Ignace d’Antioche vers 109/113, lettre de Polycarpe de Smyrne aux Philippiens – quelques années après le passage d’Ignace d’Antioche, etc.). Ce sont de très belles lettres empreintes de courtoisie, de louanges, d’encouragements, de conseils, de fraternité, de considérations pastorales, d’affirmation de la foi. Celui qui envoie la lettre n’a pas l’esprit de vouloir exercer une relation de supériorité, mais Rome est considérée comme une importante communauté, avec les figures de Pierre et de Paul, par Ignace d’Antioche.


Certes les évêques sont alors élus, mais il peut arriver que des dissidents soient mécontents (cas à Philadelphie lors du passage d’Ignace d’Antioche) ou que certains trouvent l’évêque trop jeune pour assumer la fonction (cas à Ephèse, cf. le même Ignace), ou encore trop médiocres (Hippolyte de Rome est proclamé anti-pape en 217 par ses partisans et le restera jusqu’à sa mort en 235), mais ce seront surtout les hérésies qui mettront à mal le système (les chrétiens judaïsant, les gnostiques encratiques, docètes, les marcionites, etc.).


"L’encratisme est un mouvement religieux ascétique des premiers siècles, lié au gnosticisme et au manichéisme, qui condamnait l’acte de chair et l’alimentation carnée afin d’atteindre l’état le plus proche de celui de l’âme non corrompue. On appelle encratite ou encratique l’adepte de l’encratisme" (Christian Godin, Dictionnaire de philosophie, Fayard / éditions du temps, 204p. 402). Les encratiques vont jusqu’à déconseiller le mariage. Ils interdisent l’usage du vin ; Tatien le Syrien préconisait l’eau pour l’eucharistie !


Et puis, il y a tous ceux qui, se sentant inspirés par Dieu, sont des entrepreneurs religieux hors de tout contrôle épiscopal. Certes Ignace reconnaît les prophètes, mais désormais on les devine sous le contrôle épiscopal au nom de l’unité de la communauté. Cette passion de l’unité autour de l’évêque fera la grande force d’un christianisme naissant s’appuyant sur la tradition transmise, sur les textes du Nouveau testament, déjà tous très utilisés dès cette époque ; et à contrario la faiblesse d’autres mouvements chrétiens qui sont moins institutionnels. Mais à l’orthodoxie de ce maillage épiscopale, vont répondre des mouvements populaires, se développant en milieux ruraux d’une façon diffuse.


Le montanisme en est un des premiers exemples

A suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le christianisme épiscopal
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives