Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 04:23

par Louis Cornu (suite de l’article précédent)


Jésus avait tissé des liens d’amitié avec les trois de Béthanie. Ces liens apparaissent en Luc dans deux épisodes qu’on peut dire erratiques car, dans les deux cas, le lieu et la date sont difficiles à situer. Le plus connu (Lc 10, 38-42) est casé par l’évangéliste au cours de l’ultime montée à Jérusalem, dans un climat tendu, pour la Pâque 30 ; au contraire, c’est dans une ambiance familiale sereine que se déroule la scène de Luc 10, 38-42 où Marie, assise aux pieds de Jésus, ne se lasse pas de l’écouter, alors que Marthe s’affaire à la besogne ménagère. Cela se passe « dans un certain village » dit Luc. On suppose à bon droit qu’il s’agit de Béthanie. Quand ? Au cours des semaines qui suivirent Soukot 29 ? C’est possible. L’année précédente, après Pâque (30 avril 28) ? Peut-être. Encore plus tôt ? Pourquoi pas.


L’autre épisode (Lc 7, 36-49) est une scène également très connue, « l’onction de la pécheresse ». Femme anonyme, chez un pharisien inconnu. Encore, Luc n’indique pas le lieu, mais situe son récit avant la mission des Douze du printemps 29. En racontant la résurrection de Lazare au début de l’année 30, Jean fournit une précision inattendue en présentant les sœurs de Lazare, Marthe et Marie. Il signale : « Il s’agit de cette même Marie qui avait oint le seigneur d’une huile parfumée ». La pécheresse anonyme de Luc est donc Marie soeur de Lazare de Béthanie ; c’est d’elle que Jésus – qui la connaît mieux que son hôte pharisien – dit  « ses nombreux péchés ont été pardonnés, parce qu’elle a montré beaucoup d’amour ». La scène se déroule dans une ville où Marie a mauvaise réputation – Béthanie donc, ou plutôt Jérusalem – chez un pharisien qui a invité Jésus à sa table.

 

Il est donc difficile de la situer après l’intervention des pharisiens lorsque ceux-ci sont très remontés contre Jésus (Lc 6, 11) et sont résolus à le « faire périr » comme le précise Mc 3,6. Elle pourrait être datée, au plus tard, au printemps 28, lors du séjour de Jésus à Jérusalem à Pâque (30 avril). Le pharisien pourrait être Nicodème que Jésus rencontra justement à l’occasion de ce séjour (Jn 3, 1-21).

 

Si l’on retient cette date pour la scène de l’onction de Luc, il convient de noter aussi qu’alors Jésus paraît bien la connaître cette femme, et la juger positivement … et apprécier le comportement affectueux qu’elle vient de manifester à son égard. Depuis quand et où se sont tissés les liens d’amitié entre Jésus et les trois de Béthanie ? Avant le début de sa vie publique ? On ne peut exclure cette éventualité.

à suivre …

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives