Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 17:56

Entre basse et haute chronologie pour les évangiles (V). 


Le Matthieu grec, celui que nous connaissons, est à la fois une traduction du Matthieu araméen, mais aussi une recomposition. Le plan est beaucoup mieux construit que dans Marc. " Cinq livrets se succèdent, composés chacun d’un Discours introduit par des faits habilement choisis pour le préparer, ce qui, joint aux récits de l’Enfance et à la Passion – Résurrection, constitue un ensemble de sept parties […]Comme par ailleurs il reproduit beaucoup plus complètement l’enseignement de Jésus et insiste sur le thème du "Royaume des Cieux", on peut caractériser son évangile comme un drame en sept actes sur la venue de ce Royaume " (Bible de Jérusalem, introduction aux évangiles synoptiques, p. 1287). Ses multiples références à l’Ancien testament en font l’évangile qui s’adresse aux Juifs : la Loi et les prophètes sont accomplis !
 

Sans doute de Luc, il reprend la généalogie de Jésus et la conception virginale de Jésus (qu’il n’y a pas chez Marc), mais surtout il fait œuvre de théologie en présentant une généalogie plus sophistiquée : plus symbolique avec 3 fois 14 générations (d’Abraham à David, de David à la déportation de Babylone, et de cette déportation "au Christ" (1, 11), plus théologique aussi car il montre combien l’histoire sainte passe par des maillons féminins qui constituent autant d’impossibilités humaines. Thamar car elle est veuve et que Judas son beau-père ne veut pas lui donner d’autres maris – nous savons comment elle lui força la main en se prostituant … et en lui donnant un rejeton ! Ruth la Moabite, car elle est étrangère et que sa belle-mère lui dit de rentrer chez les siens ; Rahab, une autre prostituée et une étrangère (Cananéenne de Jéricho en l’occurrence) ; la femme d’Urie qui commet l’adultère avec David et est complice du crime indirect que David commet contre son mari, grand officier de l’Armée ; enfin Marie, la fiancée de Joseph qui n’a pas connu l’homme !


Et puis, il est le seul évangile à évoquer la Mésopotamie, avec la venue des mages (prêtres zoroastriens) à Jérusalem pour adorer l’Enfant, et l’Egypte, avec la fuite de la Sainte famille en ce pays pour fuir le méchant et jaloux roi Hérode le Grand. Deux magnifiques fresques qui annoncent l’évangélisation de ces pays avec un message d’accueil : vous n’êtes pas les derniers ; mieux vous êtes parmi les premiers à avoir eu le message de la nouvelle voie ! Nous savons que Paul, à partir de Damas tenta en vain d’évangéliser les Nabatéens plus à l’est. C’est en quelque sorte le pendant des Actes des apôtres, tout orientés vers Rome. Le Matthieu grec est assurément oriental, branché sur Jérusalem, Damas et Alexandrie. Son influence perdure en Syrie du IIème siècle auprès des communautés judéo-chrétiennes, les nazôréens et les ébionites.


Pour toutes ces raisons, il s’agit d’un Matthieu tardif. Pas avant 65 disent certains car le texte insiste sur les persécutions à venir et cela fait penser à celle que déclencha Néron à Rome à la suite de l’incendie de juillet 64. Après 70, disent les exégètes qui rejettent tout après la ruine de Jérusalem, du moins de son Temple.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives