Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 01:04

suite des pages précédentes

 

Chapitre XVI [1-8] : Jésus a disparu de son tombeau, il apparaît à Marie de Magdala, à Marie mère de José et à Salomé. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur. Puis [9-20] : récit des pèlerins d’Émmaüs, apparition aux onze apôtres, envoi en mission d’évangélisation, ascension de Jésus.

 

Selon l’exégèse traditionnelle du Nouveau Testament, dans les manuscrits primitifs, cet évangile se termine au verset [8] du Chapitre XVI. Dans la TOB, il est écrit en note du verset 8 : « Selon les meilleurs manuscrits, l’évangile de Marc se termine ici » , les versets 9 à 20 ayant vraisemblablement été ajoutés au IIème siècle. Ils constituent ce que la TOB appelle le « texte long », par opposition au « texte court », qui dit… Elles racontèrent brièvement aux compagnons de Pierre ce qui leur avait été annoncé. Ensuite Jésus lui-même fit porter par eux, de l’orient jusqu’au couchant, la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel.

 

La résurrection de Jésus ne faisait donc pas partie du texte initial, ce qui explique que de nombreux exégètes libéraux la refusent et qu’un nombre croissant de chrétiens la mettent en doute. Pierre-Yves Ruff va même plus loin : « Si les femmes furent les seules témoins et ne dirent rien à personne, il s’ensuit logiquement que cet Évangile n’a pas pu être écrit. L’Évangile de Marc met en scène la fiction de sa propre impossibilité ».

 

Les auteurs de l’Évangile selon Marc, rédigé environ trente ans après la mort de Jésus, ne disent pas un seul mot de la résurrection ni des événements qui l’ont suivi et sont décrits dans [9-20]. Il paraît évident que si ces auteurs avaient eu accès à des sources mentionnant la résurrection et l’ascension, ils auraient certainement raconté ces faits à la suite du récit de la mort de Jésus. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait puisque la résurrection est devenue, depuis la théologie paulinienne, le critère de foi le plus important pour les chrétiens ?

 

Nous savons en effet que dans ses Lettres, Paul de Tarse (qui, contrairement à ce qu’il prétend n’était pas apôtre puisqu’il n’a jamais rencontré Jésus), a abondamment parlé de la résurrection, et ce quelques années avant la rédaction de l’Évangile selon Marc. Quelles furent ses sources ? Il est né vers l’an 8 de l’ère courante ; à la mort de Jésus il avait donc environ vingt-deux ans Il n’a commencé à annoncer l’Évangile qu’en l’an 50. Avant il persécutait les chrétiens : Saül, ne respirant toujours que menaces et meurtres contre les disciples du Seigneur… (Actes 9, 1). De 30 à 50 sa haine des premiers chrétiens – il était juif - n’était motivé que par ce qu’il entendait dire au sujet de la résurrection, et il les persécutait sur ordre.

 

Lorsqu’il a commencé à envoyer ses Lettres, aucune source écrite – si ce n’est la Source Q qui n’a été que partiellement reconstituée et dont les fragments disponibles ne mentionnent pas la résurrection – n’était disponible, à plus forte raison historique. Il faudra attendre le IVe siècle pour voir une oeuvre chrétienne véritablement historique avec Eusèbe de Césarée *. Or c’est le siècle de l’empereur Constantin et du concile de Nicée, c’est-à-dire l’époque où l’Église a commencé à être soutenue par le pouvoir civil.

* Les auteurs de l’Évangile attribué à Luc ne sont pas des historiens puisque les témoins à qui ils font appel sont des chrétiens. Le manque d’objectivité est évident.

 

Antérieurement le christianisme passait pour une détestable superstition : la lettre de Pline le Jeune à Trajan en 112, Tacite, Suétone dans sa Vie des douze Césars en disent pis que pendre. Et cependant l’évangélisation a commencé très tôt après la mort de Jésus mais on en trouve davantage de détails dans les apocryphes comme l’Épître des Apôtres (vers 170), les Actes de Thomas (IIIe siècle) qui décrivent les « missions » des disciples du Maître. Comme le souligne à juste titre Jacques-Noël Pérès, pour étudier l’histoire de l’Église, on ne peut pas se contenter des évangiles, actes ou épîtres.

 

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Van Hille - dans exégèse biblique
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives