Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:23

suite des pages précédentes

 

message de Didier Le Roux au groupe Unitariens francophones sur Facebook, fin février 2012


Confucius, philosophe chinois, 551-479 av J.-C. : "La cruauté envers les animaux a dépassé toute notion humaine" ; "Quiconque a entendu les cris d'un animal qu'on tue ne peut plus jamais manger de sa chair".


Pythagore, mathématicien et philosophe grec, 582-500 av J.-C. : "Tant que les hommes massacreront les animaux, ils s'entretueront. Celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut récolter la joie et l'amour."


Léonard de Vinci (1453-1519) : "J'ai très tôt renoncé à la viande et un jour viendra où les hommes tels que moi proscriront le meurtre des animaux comme ils proscrivent aujourd'hui le meurtre de leurs semblables".


Victor Hugo (1802-1885) - "Tant que l'homme se nourrira de chair animale, et martyrisera les animaux, il restera en lui quelque chose de sauvage, aussi il ne connaîtra ni la santé, ni la paix".


Christian Morgensen, poète allemand (1871-1914) : "Si l'homme civilisé devait tuer lui-même les animaux qu'il mange, le nombre de végétariens augmenterait de façon astronomique".


Eugen_Drewermann.jpgEugen Drewermann (né en 1940, théologien catholique et psychanalyste jungien allemand en rupture de ban avec son Église catholique) : "Aussi longtemps que les hommes tueront les animaux, ils feront la guerre. Aussi longtemps que les hommes mangeront des animaux, ils tortureront à mort leurs victimes innocentes : par centaines de milliers dans les laboratoires et les installations d'élevage intensif, par millions dans les abattoirs des villes, par myriades dans les mers du monde. Leur fleuve de sang ne doit pas servir plus longtemps de nourriture, leur corps, de matière première, leur vie de provisions pour nous les hommes."


Florence Burgat, philosophe, chargée de recherche à l'INRA : "Dans l'alimentation carnée, on oublie complètement l'animal. Il y a viande à profusion mais les animaux que nous mangeons sot soustraits à notre vue. Toute publicité visant à faire consommer de la viande s'applique à occulter les conditions de vie et de mort de l'animal. Il y a une coupure totale entre deux univers : celui de la nourriture, évoquant contentement, plaisir et fête, et l'autre, celui d'où proviennent ces aliments : élevage intensif, transport, abattage...Du calvaire de l'animal, le consommateur ne sait rien et ne veut rien savoir".
 

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier Le Roux - dans la religion écologique
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives