Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:07

suite des pages précédentes

 

Spontanément, les éleveurs du monde entier ont toujours protégé leurs animaux avec lesquels ils entretiennent des rapports affectueux ; les chasseurs et les pêcheurs aussi qui savent préserver les ressources. L’urbanisation a malheureusement rompu avec cette expérience séculaire, ainsi que le besoin d’argent lié à la commercialisation ; enfin l’industrialisation des élevages a conduit à imposer des conditions drastiques. Les chrétiens obnubilés par le destin de leur propre âme, laissant leurs animaux à la porte de leurs lieux de prière, n’ont pas levés le petit doigt pour protester contre les massacres d’animaux. Ils sont rares à avoir évoqué la souffrance animale ; Théodore Monod, protestant libéral et savant naturaliste, dénonçant la cruauté des corrida fut l’une de ces trop rares voix.


La défense des animaux en Occident naît d’abord d’un exotisme lié à la découverte des sagesses orientales. Celles-ci ouvrent en effet une porte vers l’harmonie de tout être avec son environnement, par compassion vis-à-vis de la souffrance et par fusion avec l’univers. Concernant le meurtre des animaux, la loi du karma s'applique individuellement, mais aussi collectivement : "Celui qui permet que l'on tue un animal et celui qui accomplit l'acte meurtrier, celui qui vend la chair de l'animal ainsi abattu et celui qui la prépare, celui qui distribue une telle nourriture et enfin celui qui la mange, tous sont meurtriers, tous également passibles des punitions préparées par les lois de la nature" (cité par Didier le Roux, idem). Des élites occidentales vont adopter le végétarisme par respect pour la vie.


Mais ce sont finalement surtout des considérations toutes modernes, non proprement religieuses, qui fondent la défense contemporaine des animaux :


- une éthique des droits élargis aux animaux : espace de vie (contre l’élevage en batterie et en local fermé), transport des bêtes d’une façon décente (température, eau et nourriture), étourdissement des animaux à l’abattoir avec qu’ils ne soient égorgés (lien), protection des animaux soumis aux expériences de laboratoire, droit à la retraite pour les animaux de travail, interdiction des maltraitances et des mises à mort pour les spectacles (corrida, combats de coqs, etc.).
- la protection des espèces animales menacées de disparition.
- l’interdiction de tuer des animaux pour des trafics en utilisant une partie seulement de leur corps (défenses d’éléphant, cornes de rhinocéros, queues de girafe, fourrures d’animaux, etc.).
- une meilleure connaissance de la contribution des diverses espèces à l’équilibre de la Nature et à sa reproduction.
- la découverte de l’intelligence animale et donc d’une plus grande continuité par rapport aux mammifères.
- Enfin les méfaits sur la santé d’une alimentation trop grasse et trop carnée.

 

elephant_massacre_cameroun.jpg
23 février 2012 - Près de 500 éléphants ont été tués par des braconniers soudanais et tchadiens dans le parc national de Bouba Ndjidda dans le nord-est du Cameroun, a appris l'Agence France Presse (AFP) auprès du conservateur de ce parc.

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la religion écologique
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives