Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 08:18

suite de la page précédente


L’animisme, qui croit que chaque être vivant ou plante est animé d’un esprit, a invité les hommes à la retenue. Avant de tuer un gibier ou d’abattre un arbre, il convenait de s’assurer de l’acceptation de l’esprit concerné, ne serait-ce que pour faciliter l’opération et éviter que l’esprit ne se venge. Les peintures rupestres représentant des scènes de chasse relèvent sans doute de cette logique ; de même que, dans les sociétés coutumières d’Afrique noire par exemple – encore de nos jours - les danses préalables des chasseurs et l’ascèse exigée d'eux les veilles : pas de relations sexuelles, etc.


 femme_indienne_et_chien_loup.jpgLe chamanisme a développé cette complicité entre l’Homme et la nature ; l’esprit du chaman rencontrant celui des animaux.


La déification des forces de la nature dans le cadre des polythéismes a maintenu ce respect : les dieux autorisent les moissons, régulent les activités rurales, etc.


Les croyances hindouistes en la réincarnation des êtres après leur mort a conduit à un respect de la vie des plantes et des animaux. Le jaïnisme est une expression très radicale. En effet, les êtres humains, selon leur karma positif ou négatif, montent ou descendent la hiérarchie des vivants, si bien que la moindre bestiole peut fort bien être un homme qui a chuté - et qui remonte ! - ou encore un insecte qui par ses mérites deviendra un homme !


Une logique semblable peut être constatée dans les sociétés coutumières d’Afrique noire, cette fois-ci avec des apparences : une divinité (comme dans l’hindouisme d’ailleurs) peut se manifester sous des formes diverses ; il en est de même des sorciers, lesquels sont doués de pouvoirs surnaturels. Dès lors, tuer un animal peut fort bien s’avérer un blasphème dans le premier des cas ou un meurtre dans le second cas.

 

Par ailleurs, dans ces mêmes sociétés africaines, les animaux totémiques, censés avoir protégé et aidé l’ancêtre d’un clan ou d’une tribu, sont interdits de consommation et respectés (mais sans qu'il y ait culte).

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la religion écologique
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives