Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 14:06

"La Passion du Christ. Jésus a-t-il bien été crucifié sur une croix ?", article paru dans une revue historique (référence malheureusement égarée), envoyé à la Correspondance unitarienne par Fabien Girard.

Les mots grecs suivants sont utilisés : l
e nom stauros, le verbe stauroô, le verbe sunstaurôô (le préfixe sun voulant dire "avec"), le verbe anastauroô (ana signifiant "encore"), et le mot xulon (= bois).

" Le mot stauros ne se réfère pas spécialement à l’idée d’une croix faite de deux pièces de bois mais désigne plutôt un poteau vertical, un pieu ou un pilier, et est à rapprocher du pal, un instrument de supplice employé par les Assyriens, les Perses, les Carthaginois et les Egyptiens. C’est une potence à laquelle était attaché ou suspendu le supplicié, jusqu’à ce que mort s’ensuive, un pieu dressé auquel on pouvait prendre quelque chose ou qui pouvait servir à clôturer un terrain.

Quant au mot xulon, il désignait un bois coupé et prêt à être utilisé, un bois de chauffage ou bois de construction, une pièce de bois, une poutre, un pieu sur lequel les criminels étaient empalés … Les Galates 3 :13 révèlent : "Maudit soit quiconque est pendu au bois !" et le Deutéronome 21 : 22, 23 : "Si un homme coupable d’un péché passible de mort a été mis à mort et que tu l’aies pendu à un bois, son cadavre ne passera pas la nuit sur le bois."

iconographie traditionnelle (à gauche) et celle des Témoins de Jéhovah (à droite)

Le mot stauros désigne fondamentalement un pieu ou un poteau dressé sur lequel on pendait ou clouait les malfaiteurs. Le nom comme le verbe stauroô signifie "fixer à un pieu ou à un poteau", et non "fixer à une croix". Il en est de même pour le mot xulon. Il y a donc des raisons de penser que Jésus ne fut pas cloué sur une croix. Et même s’il l’avait été, l’Eglise a commis de graves erreurs iconographiques en le montrant transportant une croix. Ceux qui étaient condamnés à la crucifixion ne portaient jamais la croix entière. Seule la barre transversale appelée patibulum ou antenna était transportée tandis que le poteau vertical restait planté en permanence sur le lieu d’exécution. Le condamné était forcé de porter le patibulum, pesant tout de même près de 50 kilos, de la prison à l’endroit de l’exécution. L’image de Jésus portant sa croix [entière] sur le chemin du Calvaire et qui faut partie de la tradition, semble donc erronée.


En latin, le mot crux désigne un gibet ou une potence. Cela pouvait être un simple poteau d’une seule pièce sans traverse ou crux simplex. A Rome, les martyrs étaient souvent mis sur une croix en forme de T appelée crux commissa ou crux summissa. Citons aussi la crux capitata ou immissa qui avait une barre traversant le poteau à son sommet ; et pour finir la crux decussata composée de deux montants égaux et obliques comme un X, appelée aujourd’hui "croix de saint André" par allusion à ce martyr chrétien.


Comme le mot crux a été utilisé dans les traductions de la Bible en latin pour "traduire" le terme grec stauros et du fait de sa ressemblance au mot croix de la langue française, la confusion était inévitable."


Voir aussi l'article de Patrice Rollin "Stauros, la croix" du 10 avril 09, paru dans biblique.fr (lien), site de la Cellule régionale d'animation biblique (CRAB) en région parisienne de l'Eglise réformée de France 

Partager cet article

Repost 0
Published by mouvance des témoins de Jéhovah - dans les symboles religieux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives