Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 11:34

par Jean-Claude Barbier. Cet article est le début d'une série "le tombeau de Talpiot". Il a été publié le jeudi 31 mars 2007 dans les Actualités unitariennes et transféré ici.

L'entrée de la tombe familiale de Jésus à Talpiot, marquée d'un chevron et d'un cercle (symbole retrouvé sur des ossuaires judéo-chrétiens)

La diffusion par TF1, dans le cadre de son émission " Documents inédits " du mardi 29 mai, du film produit par James Cameron et l'archéologue isarëlien-canadien Simcha Jacobovici, sur le " tombeau de Jésus " fait l’effet d’un pavé jeté dans une mare.

Afin d’éviter les réactions ponctuelles (et émotives) sur tel ou tel fait ou interprétation, rappelons ici ce qu’est une hypothèse scientifique.

La recherche scientifique consiste en premier à réunir des faits dûment constatés, à les comparer à d’autres en les opposant ou au contraire en y voyant des proximités, à soupçonner des interrelations, des corrélations, des causalités, à les réunir en faisceaux, dans un ensemble qui peut prendre sens. 

C’est alors qu’on esquisse une hypothèse qui rend compte de l’ensemble des faits jusqu’à présent connus sur un sujet donné et ainsi réunis. Celle-ci sous entend une première explication et, au-delà, renvoie à une problématique qui, elle, peut-être commune à plusieurs sujets plus ou moins proches.

Le pire à éviter c’est d’écarter des faits sous divers prétextes : je n’étais pas présent moi-même et je doute du témoignage des autres ; ce n’est pas un fait reproductible (eh oui en sciences humaines c’est comme çà !), je n’y crois pas à priori car ce n’est pas "rationnel" (cela n'entre pas "tout naturellement" dans les cadres jusqu'à présent connus), je n’avalise pas les découvertes déjà faites et leurs interprétations par doute sur le sérieux de ceux qui les ont faites, etc. 

J’y ajoute, car nos milieux scientifiques sont bien humains : je suis jaloux du travail des autres, je n’ai pas saisi l’enjeu de la découverte et cela m’est passé sous le nez (eh oui ! certains manquent de flair – disons d’intuition).


Et puis, on a le droit aux banalités : une probabilité même très forte n’est pas une preuve décisive (l’archéologue Amos Kloner), " vous reviendrez me voir lorsque vous aurez une preuve irréfutable " (Mgr. Di Falco, évêque de Gap, lors de l’émission), etc. 

Il est de bon ton de nos jours de jouer les sceptiques sinon les blasés, d’exiger du 100 % (ben voyons, comme si c'était un évènement contemporain !), mais est-ce là une attitude bien scientifique ? On parlait naguère de la fièvre de la recherche ...  

Qu’un archéologue du style Indiana Jones et qu’un cinéaste célèbre viennent mettre leur nez dans la chasse gardée des archéologues et des institutions qui se contentent de collecter et de conserver, et voici que la fourmilière est toute en émoi ! 

Les unitariens mettent la science en avant, sont partant pour toutes les découvertes (y compris et surtout celles qui dérangent nos certitudes bien établies), et sont fort aise qu'on puisse avoir, enfin, des documents archéologiques sur Jésus et son entourage.
 

en tout cas, à suivre avec grande et curieuse attention

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le tombeau de Talpiot
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives